Vous êtes ici : Accueil > Les auteurs et les textes > Nietzsche > Sur la conscience, l’identité personnelle > L’erreur : d’une fausse causalité

Poster un message

En réponse à :

L’erreur : d’une fausse causalité

22 février 2005, par Nietzsche, Friedrich

De tout temps, on a cru savoir ce qu’était une cause ; mais d’où tirions-nous notre science, ou plus exactement, notre prétention à savoir quelque chose sur ce point ? Du domaine de ces fameuses « données internes », dont aucune, jusqu’à présent, ne s’est avérée être une « donnée » de fait. Nous pensions que nous étions nous-mêmes, dans l’acte de volonté, une causalité : là, du moins, nous pensions prendre la causalité sur le fait. De même, on ne doutait pas que les antecedentia d’une action, ses causes, dussent (...)

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document